• Afin de tester nos différentes règles "grand's socles", on s'est mis d'accord sur le forum "opération zero" pour une dimension de 80x60mm:

    Premier test avec une unité d'infanterie française :

    Grands socles : "master test"

    Grands socles : "master test"

    Grands socles : "master test"


    votre commentaire
  • Deuxième jounée test de notre période estivale et cette foi-ci, consacrée à une règle qui nous avait interpellée d'abord par ... sa couverture oh

    Mais aussi (bien évidemment) par ces mécanismes qui nous semblaient simples et ludiques tout en ayant assez de chrome pour nous immerger dans cette période impériale.

    RDV pris dans la maison champêtre du sieur MrPoum où ce dernier s'était plié en 4 (et plus...) afin de nous accueillir de la meilleure manière qui soit (tant au niveau gustatif que figurinistique).

    Nous avions choisis de jouer le scénario "Austerlitz" prévu dans le livre de règle avec du côté français Mig et MrPoum et du côté allié, Lotharius et votre serviteur.

    Installation de la table :

    Journée test "Snappy Nappy"...

    Journée test "Snappy Nappy"...

     Avec 8 corps d'armée de chaque côté et une plaquette valant 2000h, ça fait directement du monde sur la table et nous nous sommes directement jetés à corps perdus dans la bataille.

    J'ai bien aimé l'image générale donné par la table avec ces nombreux villages, sa géographie bien "chargée" et l’aspect des troupes.

    Journée test "Snappy Nappy"...

    Vous pouvez découvrir un excellent CR de la bataille concocté par MrPoum sur notre forum à cette adresse

    Nos impressions sur la règle sont compilées à cet endroit.

    En gros, nous devons encore tester afin de bien appréhender la bête !! 

    Quelques autres photos :

    Journée test "Snappy Nappy"...

    Journée test "Snappy Nappy"...

    Journée test "Snappy Nappy"...

     

     


    votre commentaire
  • Décidés à se lancer sur la guerre de 7 ans mais pas encore déterminés sur la règle et pas encore finalisés sur le timing, certains membres du forum opération zero s'étaient donnés RDv dans ma modeste demeure.

    L'idée était de partager avec Lotharius, son vécu avec la règle "Volley and bayonet".

    Nous n'avons pas été déçus. Autant par les bons moments passés ensemble (merci à Mig, MrPoum et Lotharius) que par le découverte de cette règle qui permet, AMHA, de donner un bel aperçu de l'ambiance de l’époque tout en ne se prenant pas le chou...

    Je serais moins catégorique si je devais la jouer avec du Napo.

    N'ayant pas (encore oops) beaucoup de figs 7YW, l'ami Lotharius avait amené son impressionnante armée hanovrienne et son début d'armé française. Mig avait complété avec son début d'armée prussienne vaillamment aidée par mes révolutionnaires français ... ( c'est quoi ce bordel !!!  ??? oh

     

    Quelques photos :

    Journée test V&B

     

    Journée test V&B

    Journée test V&B

    Journée test V&B

    Journée test V&B

     Je pense qu'il y moyen de continuer dans cette voie !!


    3 commentaires
  • Dans la série "lecture du moment", je tenais à vous (re)présenter ce livre que l'ami Philippe (alias Doczonzo) m'a très sympathiquement offert il y a quelques temps.

    J'ai bien (ré)apprécié ce bouquin. Pourquoi?

    L'auteur est belge et les mémoires de compatriote ayant servi la France ne sont pas légion.

    Ensuite, j'a toujours un faible pour les anecdotes des simples soldats qui n'avaient rien à perdre et qui raconte avec des mots simples leur passage dans la machine militaire.

    Ils n'ont généralement pas besoin de se justifier de telle ou telle chose comme certains hauts gradés ambitionnant une carrière politique ou autre le font dans leurs "mémoires".

    Ensuite, ici, pas de justifications, une bataille est une bataille, on tue sans remords. Le pillage des populations amies ou ennemies est décris sans fioritures ni sensibleries. On dirait même que l'auteur a une carapace en plus de sa cuirasse!

    C'est vraiment la réalité sans fard!

    Et puis, le témoignage de son odyssée lors de la retraite de Russie, sa déportation dans les provinces asiatiques et sa lutte pour la survie avec son cortège de souffrances, de maladie et de faim est assez saisissant!

    Cette édition reprend aussi l'historique des régiments de carabiniers avec un descriptif de leurs campagnes et de leur organisation. Très intéressant !

     

    N'hésitez pas, si vous avez l'occasion de le parcourir !


    votre commentaire
  •  

     

    Je viens de (re)lire cette ouvrage :

     

    Pour qui veut savoir ce qu'a été la vie du soldat français en Espagne et au Portugal pendant le 1°Empire avec son cortège de bons et mauvais côtés (mise à sac, combats, marches difficiles, faim, sauvagerie mais aussi solidarité, humanité, sens de l'honneur...) c'est vraiment un ouvrage de référence.

    L'auteur, le Capitaine Marcel est le genre d'homme simple, fils de vigneron, qui gravit les échelons à force de courage et de volonté. Ce n'est pas un surhomme mais son parcours laisse quand même pantois. Critique envers lui-même et les autres, il brosse ce qui me semble être un tableau assez réaliste de la guerre de la péninsule. 

     

    Extrait :

    En arrivant près, de ce bourg, nous ne pûmes plus douter de l'insurrection générale de ce pays; tous les habitants, mêlés à quelques soldats du marquis de La Romana, armés de fusils, de faulx, de fléaux, nous attendaient sur les montagnes: une lieue avant d'arriver, nous reçûmes la décharge de deux pièces de canon et plus de 4 000 coups de fusil; nous n'eûmes pas un seul homme de touché et, ce voyant, cette masse indisciplinée se sauva en poussant des cris affreux. Nos soldats qui étaient sans sacs et pouvaient manoeuvrer rapidement, coupèrent la retraite à la plus grande partie des insurgés et tout fut passé à la baïonnette, femmes, enfants, il n'y eut point de grâce. Nous entrâmes dans le bourg et vîmes un trou où les 64 hussards avaient été jetés. Que l'on juge de la fureur de nos soldats! Je crois inutile de retracer les horreurs qui furent commises dans cette malheureuse journée. À l'exception de quelques vieillards et de quelques femmes, tout le monde était parti de Camarignès ; mais plusieurs bateaux étaient encore dans la rade et attendaient notre arrivée pour quitter leurs dieux lares. Nous courûmes au port et, dès qu'ils nous aperçurent, nous entendîmes les cris de désespoir qu'ils poussaient pour faire hâter leur départ; ils préféraient se mettre à la merci des flots plutôt que d'être victimes de la fureur des soldats

     

    à lire !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires